Cette Science-fiction… qui n’en est pas vraiment !

Explication autour des sous-genres de la SF – par l’Ogre Littéraire (May 2015)

 

CELUI QUI N’AIMAIT PAS LA SCIENCE-FICTION

planète

Source : http://www.wallpaperup.com/tags/show/Bright

Combien de fois, lorsqu’une conversation dérive sur la littérature, ai-je entendu dire, après avoir tenté tant bien que mal de défendre l’un de mes livres préférés : « de toute manière, c’est de la science-fiction, ton truc. Et j’aime pas. », coupant ainsi court à tout débat ? Une fois cette fameuse phrase tombée comme un couperet, il devient impossible de convaincre l’interlocuteur en question des qualités d’un livre qu’il a décidé, de lui-même, de classer dans une genre littéraire qu’il considère presque satanique.

Tout le monde a ses goûts, et heureusement : c’est encore ce qui nous permet, aujourd’hui, de disposer d’un paysage littéraire mondial aussi riche et varié. J’irais même plus loin : je peux comprendre que suivre les aventures d’un alien voyageant de planète en planète à la recherche d’un artefact mystérieux ayant la capacité de détruire l’univers puisse rebuter certains lecteurs… Dans le genre « j’ai besoin de m’identifier au héros », on aura effectivement vu mieux.

En revanche, il est intéressant d’expliquer qu’un rejet systématique de toute histoire liée au genre littéraire classé de Science-fiction est synonyme de fermeture à toute une palette d’histoires. C’est pourquoi un travail de sensibilisation sur les sous-genres de cette littérature est nécessaire. Car non, la Science-fiction, ce n’est pas que des petits hommes verts et des vaisseaux spatiaux… C’est bien plus que cela.

 

SCIENCE-FICTION : UNE DÉNOMINATION FOURRE-TOUT

Bien souvent, pour les non-initiés, la science-fiction se résume à des histoires de robots, de vaisseaux spatiaux, d’aliens, d’exploration de planètes…. Et c’est bien normal ! Ce n’est que le reflet de l’image véhiculée à travers le cinéma où les rares romans de SF mis en avant ou ayant rencontré un réel succès. Et lorsque l’on creuse plus en profondeur sur les raisons qui éloignent ces lecteurs de ce genre littéraire, ce sont bien souvent les mêmes arguments qui reviennent : trop éloigné de notre réalité, impossible de s’identifier aux personnages, non réalistes… Bref, l’incapacité de se projeter à la fois dans le monde décrit, mais aussi dans les protagonistes.

Derrière ce terme de Science-fiction se cache en réalité toute une palette de genres, d’histoires et de thèmes, pouvant trouver résonance en chacun d’entre nous selon nos sensibilités. Pour être concret, voici une tentative de description des différents genres et thèmes qui la composent. Non exhaustive, cette liste permet tout de même de comprendre que la Science-fiction est bien plus qu’un simple genre narratif.

 

Source : rewalls.com

La SF Hypothétique ou Spéculative

Pour commencer par le genre, peut-être, le moins accessible et le plus imaginaire, voici la Science-fiction Hypothétique. Ici, l’imagination est la seule limite imposée. Transcender les règles de la physique n’est pas un problème et toutes les justifications scientifiques peuvent être utilisées pour expliquer l’univers et les technologies présentées dans l’histoire. L’exemple le plus typique et le plus connu est sans aucun doute Star Wars. Un autre univers, des vaisseaux voyageant plus vite que la lumière, des espèces extraterrestres à tour de bras, chaque planète disposant de la même gravité et de la même atmosphère respirable par l’Homme… Ce sous-genre de la Science-fiction est ainsi celui qui est le plus connu des non-initiés. D’autres sous-genres pourraient être intégrés dans cette SF spéculative, comme le cyberpunk (une SF sombre, lugubre, bruyante, dans laquelle l’évolution technologique se fait de concert avec la violence (bien souvent assimilé à l’univers rock/hard-rock) et la pauvreté) et le Space Opera (grande fresque intergalactique, avec des univers peuplés de races aliens, d’empires galactiques… Sur ce sujet, je vous invite d’ailleurs à lire l’article sur le New Space Opera sur le site de l’Ogre Littéraire : Focus sur le Cycle des Inhibiteurs d’Alastair Reynolds).


L’Uchronie

C’est un tout autre sous-genre de la SF, un peu à part, car se focalisant sur le passé : ici, l’objectif est d’imaginer l’évolution de notre société si l’histoire des sciences avait été différente ou si l’histoire elle-même s’était déroulée autrement. Le steampunk en est peut-être l’exemple le plus parlant, focalisé sur une société où l’électricité n’a jamais (ou très peu) vu le jour et où les technologies fonctionnant à vapeur et les dirigeables occupent une place prépondérante.

 

liste_Les-romans-danticipation_9403

Source : http://www.babelio.com

La Hard Science-fiction

Enfin, La Hard-SF, qui est celle qui m’intéresse plus particulièrement dans cet article consiste en la projection de notre société, dans l’état actuel de ses connaissances techniques et technologiques, vers un futur proche ou lointain. Ici, l’objectif est de donner l’opportunité à l’auteur (et au lecteur !) de se projeter dans le monde de demain, d’en anticiper les problématiques, l’évolution et de mettre l’Homme face aux défis de son futur. Au sein de ce genre littéraire, plusieurs courants sont ainsi à citer : le New Space Opera (cf : Focus sur le Cycle des Inhibiteurs d’Alastair Reynolds), l’Anticipation, ou encore la SF post-apocalyptique (même si, en fonction de l’histoire, ce dernier pourrait-être à rapproché de la SF spéculative).

 

Des sous-genres… mais pas que !

Car ces trois types de SF sont loin de balayer l’ensemble de ce paysage littéraire : à ces différentes catégories s’ajoutent les thèmes abordés : l’espace (vol spatiaux et exploration), le temps (et ses fameux voyages temporels, ses paradoxes), le transhumanisme (évolution de l’Homme grâce à l’avancée technologique), la robotique, l’utopie…

Bref, vous l’aurez compris (et appris, peut-être, pour certains d’entre vous), c’est un genre très large, offrant des capacités d’imagination et des histoires d’une vraie richesse. Bien entendu, cette classification n’est en rien officielle et n’est que purement personnelle, d’autres pourront vous en donner une bien différente.

 

ET MAINTENANT, POUR LES NOUVEAUX DE LA SF
Si nous revenons aux critiques principales formulées par les non-initiés à la Science-fiction sur cette littérature, à savoir la difficulté d’immersion dans l’histoire et d’identification aux personnages, il y a fort à parier que dans l’éventail de sous-genres et de thèmes abordés, certains ouvrages de SF puissent trouver preneur auprès des plus fervents réfractaires.

Parlons des romans que je classifierais « d’Anticipation ». Par essence, ces histoires se déroulent dans un futur proche ce qui limite grandement l’envie que pourrait avoir l’auteur de partir dans toutes les directions ou dans un univers farfelu. Ici, on se borne à coller au plus près de la société actuelle et d’en imaginer l’évolution. Vers quoi l’humanité va-t-elle tendre ? Quel est le sort qui nous attend à plus ou moyen terme, comment allons-nous évoluer avec les nouvelles technologies (de concert ? vont-elles nous dépasser ?). Autant de problématiques réelles et imminentes, qui nous concernent directement et qui nous permettent de mieux appréhender les changements qui se profilent.

C’est ainsi que ce genre de livres n’est pas de la Science-fiction en tant que telle, mais plutôt de la littérature orientée vers l’avenir. Car les problématiques qui y sont traitées, au-delà de l’aspect technique, sont humaines : histoires d’amour, crises d’identités, sens de la vie… Autant de sujets traités dans la littérature dite classique et qui trouvent preneur parmi une grande partie de la population.

 

CONSEILS DE LECTURE
Avec cet article, j’espère avoir donné envie à ceux qui ne connaissent que très peu ce genre littéraire d’y plonger plus en avant. Pour conclure, voici quelques titres de livres sur les thèmes évoqués dans le paragraphe précédent, que je classifierais d’histoires d’Anticipation, et qui pourraient vous permettre d’entrer en douceur dans cet univers (liste qui sera régulièrement remise à jour en fonction des critiques de livres diffusées sur ce site) :

Littérature Contemporaine :
Thinking Eternity de Raphaël Granier de Cassagnac
La Trilogie Troisième Humanité de Bernard Werber

Littérature Ancienne :
– 1984 de Georges Orwell (histoire d’anticipation écrite dans les années 30)
– Le Meilleur des mondes
Jules Verne : de la Terre à la Lune

Sources Images :

– Image 1 : http://wall.alphacoders.com/big.php?i=472335&lang=French
– Image 2 : http://toomblog.com/2011/04/30/the-battlestar-galactica-files-ep-3/
– Image 3 : http://www.babelio.com/liste/275/Les-romans-danticipation

Mai 2015 – l’Ogre Littéraire

Partager :

bouton-facebook     bouton-twitter

One thought on “Cette Science-fiction… qui n’en est pas vraiment !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *